70 ans déjà ce Petit Papa Noël

Si sa mélodie et ses paroles sont très connues, son histoire l’est moins. « Petit Papa Noël » a été réécrite par le parolier français d’origine arménienne Raymond Vincy à partir d’une chanson déjà existante aux paroles moins heureuses. Cette dernière, créée par le fantaisiste marseillais Xavier Lemercier pour une opérette pendant la Seconde guerre mondiale, est déjà intitulée « Petit Papa Noël » et contient la célèbre mélodie qu’entonnera Tino Rossi deux ans plus tard.

Seulement, ce que demande ici l’enfant au Père Noël, c’est le retour de son père, prisonnier de guerre en Allemagne. Peu de temps après, Raymond Vincy remanie donc les paroles, à la demande de l’impresario Émile Audiffred (qui a lancé le début de carrière de Tino Rossi) et du compositeur Henri Martinet, devenu à la Libération le pianiste de Tino Rossi. Objectif : gommer toute allusion à la guerre. Pour le refrain qu’il fait à sa sauce, le compositeur Vincy s’inspire de l’oeuvre « Tiebe Paiom » (« Nous te chantons ») de Dmitro Bortnianski, un chant liturgique orthodoxe russe du XIXe siècle : les mesures 6 à 9 de la partie ténor ont donné le thème du refrain de Petit Papa Noël. Un refrain qui résonnera notamment dans la scène finale du film « Destins » (1946) de Richard Pottier, entonné là encore par Tino Rossi, également acteur.

Source: , Mis à jour le 23/12/16 15:48 pour l’Internaute 

 

JOYEUX NOËL A TOUS !

La trilogie Marius, Fanny et César restaurée est projetée en plein air

Ils vont être vus dans leur version originale, à l’occasion des 120 ans de la naissance de Marcel Pagnol. Les films Marius, déjà présentés à Cannes, Fanny et César, célèbre trilogie marseillaise, vont être projetés à partir de 21 heures, mercredi, jeudi et vendredi sur la place Bargemon (2e).

Les trois films des années trente ont été restaurés pendant quatre mois pour un coût total de 555.000 euros, par le Centre national de la cinématographie, la chaîne de télévision Arte et la Cinémathèque française. En début d’année, Nicolas, le petit-fils de l’écrivain a lancé un appel à contribution sur Ulule.com. « Le but est de scanner les négatifs d’origine en haute définition pour les restaurer image par image, expliquait-il alors. Nous allons aussi restaurer le son d’origine. Nous transformerons ensuite tous ces fichiers numériques en négatifs de 35 mm ».

« Ces films véhiculent une certaine idée de la façon de vivre ensemble à Marseille »

Les films représentent le Marseille d’antan, le Vieux-Port, le pont Transbordeur ou encore le quartier du Panier avant sa destruction. « C’est important pour la mémoire collective marseillaise mais aussi car ces films véhiculent une certaine idée de la façon de vivre ensemble à Marseille, comme il n’existe presque plus », estime Nicolas Pagnol. Les films devraient également sortir aux Etats-Unis l’année prochaine. « Marcel est très connu aux Etats-Unis », assure Nicolas. La restauration des films, Angèle, à Regain ou La Femme du boulanger, est aussi dans les cartons.

Nicolas Pagnol a également pour projet de reconstruire les décors des films en extérieur. Une grande exposition sur Marius est aussi prévue en 2016 à l’Alcazar. Avant ça, est prévue la sortie en BD de la Gloire de mon père. D’autres suivront pour faire vivre l’Œuvre de Pagnol et la mémoire provençale.

Source: http://www.20minutes.fr/marseille/1672439-20150825-marseille-trilogie-marius-fanny-cesar-restauree-projetee-plein-air

La musique des films de cette trilogie a été composée par Vincent Scotto et Georges Sellers, a réécouter à l’occasion de cette restauration.